Mirador : une série télé sur les relations publiques

La série Mirador, portant sur les relations publiques sera diffusée ce soir, 6 janvier par la SRC.  Comme il s’agit d’une première série sur le sujet, plusieurs se demandent quel sera l’impact sur la profession.

Des expériences passées avec d’autres séries ont démontré que de façon générale, la sagesse publique distingue assez bien la fiction de la réalité.  À surveiller cependant dans ce cas, l’intérêt particulier des médias. Certains commentaires entendus dans les médias électroniques portent à croire que certains journalistes vont enfin découvrir comment les professionnels des relations publiques les influencent !  Ils pourraient contribuer à mousser le propos de la série et y ajouter de la crédibilité.  Il se peut que l’impact soit largement influencé par ce qu’ils en diront…davantage que par le contenu réel.   Vos commentaires sur la série ou les réactions des médias seront appréciés. À suivre au cours des prochaines semaines, lorsque l’action s’installera dans l’émission.

Une réponse à “Mirador : une série télé sur les relations publiques

  1. André Valiquette

    Quelques pistes d’intervention sur Mirador, pour diverses occasions, me sont venues après l’écoute de la 1re émission :

    – la finale du 1er épisode joue sur la théorie du complot, toujours très populaire, avec ces légendes qui ramènent toujours qu’on ne connaît pas la « vraie réalité » et que nous sommes tous manipulés. Il y a toujours un « spécialiste » entre nous et cette réalité. Il y a un profond pessimisme qui émerge de tout cela, la communication n’est pas une source de développement mais de dégradation. À noter que ceux qui se donnent le beau rôle dans ces théories, ce sont les justiciers (ou réalisateurs de téléséries) qui informent le bon peuple si « inconscient ».

    – une premier choix éthique à faire, c’est de choisir la relation qu’on veut avoir avec son client; si on s’embarque avec de mauvaises causes ou avec des clients sans éthique dans leur propre travail (comme c’est le cas de cet artiste et de son agent), on va peut-être avoir des problèmes. Cette conclusion s’applique à toute personne qui se joint à un projet, qu’elle soit investisseuse, représentante d’un ministère concerné, avocate ou associée; la conclusion ne s’applique pas seulement à ceux qui deviennent relationnistes pour ce projet.

    – la plupart des relationnistes agissent avec un niveau assez élevé d’éthique, comme le bon fiston, et très peu comme le mauvais fiston, cela, comme dans la plupart des professions; alors, pourquoi donc Mirador laisse t’il entendre que cette profession en est une particulièrement malhonnête? (même le bon fiston dit qu’il a manipulé les gens pendant 20 ans)

    – la position défensive (qui est peut-être la bonne, de temps en temps), c’est de dire que les situations dépeintes dans Mirador ne se produisent pas fréquemment, que c’est caricatural, ou que la réalité des cabinets de RP n’est pas toute la réalité. Mais ce qui reste peut-être chez le téléspectateur, c’est : « il ya bien un peu de vous, là-dedans ». Et c’est vrai! Dans quelle proportion, ça se discute, évidemment. Je crois cependant qu’il ne faut pas rester uniquement sur ce terrain de l’éthique, car, pendant qu’on défend nos vertus d’honnêteté, on n’explique pas ce que les relationnistes ont à faire dans la société (sauf agir avec éthique).

    – la position plus offensive (et je ne dis pas qu’il faut en abuser), c’est de dire que les relations publiques apportent une contribution au développement politique, économique, social ou culturel car, les projets des innovateurs et des entrepreneurs doivent êtres connus et défendus s’ils veulent rassembler des appuis et des ressources pour aboutir. C’est aussi une condition de la démocratie dans une société ouverte. Cette concurrence des intérêts et des idées est la seule qui permet à ce qu’il y a de meilleur d’émerger. Les réalisateurs de cette émission de notre société d’État semblent occulter cela et distiller un mépris pour le monde des affaires et le secteur concurrentiel.

    – le personnage du bon fiston va être à suivre; il dit vouloir changer les choses; je me demande s’il va se contenter de critiquer les méchants profiteurs qui ne pensent qu’à leurs gros sous plutôt qu’à s’engager dans des causes environnementales (excusez le ton); alors là, l’émission serait bien dans la ligne de la gauche caviar de R-C. À suivre…

    André Valiquette, M.A., ARP
    Consultant en affaires publiques
    andvaliquette@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s